Musicien à part dans le paysage musical français, il cultive avec bonheur une carrière d’interprète aux multiples facettes, et de chercheur, deux activités complémentaires pour cet insatiable de musique, toujours à la recherche de nouvelles découvertes.

Né à Toulouse, il étudie d’abord au Conservatoire de cette ville, notamment avec Jan Willem Jansen pour le clavecin et Michel Bouvard pour l’orgue, et y remporte sept récompenses, avant d’entrer au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris, où il obtient deux Diplômes de Formation Supérieure, mention Très Bien ; il fait partie de la poignée de musiciens qui obtint trois Premiers Prix la même année, dans des disciplines différentes.

Depuis longtemps attiré par la recherche, il intègre ensuite la filière universitaire et travaille sur le compositeur toulousain Aymé Kunc (1877-1958) et Benjamin Godard (1849-1895). Depuis 2005, il est professeur à l’université de Bordeaux-Montaigne après avoir enseigné au Conservatoire de Toulouse. Il est aussi titulaire du grand orgue Eugène Puget (1880) de l’église Notre-Dame du Taur à Toulouse. Dernièrement, il a créé la symphonie en fa majeur de Gabriel Fauré (1866-73) pour orgue et orchestre à cordes.

Conciliant son goût pour la recherche et la musique romantique, Emmanuel Pélaprat se passionne également pour l’harmonium d’art, instrument injustement méconnu ; son facteur de prédilection est Mustel. Il a interprété la Petite Messe Solennelle de Rossini sous la direction de John Eliot Gardiner et se produit régulièrement à l’étranger. Il a fondé l’ensemble à géométrie variable Double Expression avec lequel il explore sur instruments historiques un riche répertoire allant de 1850 à 1920. Avec Double Expression, il a enregistré pour le label Hortus un CD, Chant de guerre, consacré à la Grande Guerre (Karg-Elert, Kunc et Schmitt en première mondiale) sous l’égide du « Label Centenaire » et vient de graver avec Jérôme Granjon, les duos pour piano et harmonium de Saint-Saëns, Franck et Lefébure-Wely dont il a récemment retrouvé la sonate (5 Diapasons).

En 2017, il a été l’un des solistes de la saison musicale de l’Orchestre de Chambre de Toulouse et collabore régulièrement avec l’Orchestre National du Capitole de Toulouse ; il vient de jouer l’orgue Rieger de la Philharmonie (Paris) avec eux dernièrement.

Enfin, Emmanuel Pélaprat a été nommé Expert spécifique pour le patrimoine des harmoniums par le Ministère de la Culture en avril 2019.