Julien Martineau & Eric Franceries

Julien Martineau – Mandoline

Un disque [les Préludes de Calace] que je trouve magnifique, au début je ne pouvais même pas croire qu’il n’y avait qu’une seule mandoline. Loin de moi, l’idée qu’une mandoline pouvait sonner ainsi, comme avec mille doigts ! Et ce compositeur est très étonnant. Ce disque m’a enchanté ! ”
PASCAL DUSAPIN

Paradis Latin est passé en boucle entre Santa Barbara et Yosemite National Park (5h !)C’est un plaisir d’entendre la joie qu’ont ces artistes à faire de la musique ensemble, et la qualité du jeu et de l’enregistrement sont remarquables !”
EMMANUEL PAHUD

Julien Martineau est l’un des mandolinistes les plus remarquables et passionnants d’aujourd’hui. Il pose sur la mandoline un regard à la fois lucide et passionné, qui réduit à mal tous les clichés : si l’instrument est connu du grand public pour quelques pièces emblématiques, son répertoire, du baroque à aujourd’hui, est immense et riche pour qui veut bien l’explorer et l’émanciper de sa famille des cordes pincées. Or Julien Martineau a cette âme d’aventurier, cet appétit du chercheur et cette conscience toute ouïe du musicien qui lui fait embrasser la singularité de son instrument dans la perspective de larges horizons. Soliste invité aux Victoires de la musique classique en 2017, il fait ses débuts avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France en décembre 2018 sous la direction de Rinaldo Alessandrini avec qui il a enregistré son un album de concertos (Naïve, 2018).

Ses collaborations concertantes avec des formations telles que l’Orchestre national du Capitole de Toulouse, l’Orchestre national de Bordeaux Aquitaine, Pygmalion, l’Orchestre métropolitain de Lisbonne, l’Orchestre de chambre de Heilbronn, l’Orchestre de chambre de Toulouse entre autres, lui permettent de mettre en lumière la virtuosité mais aussi la délicatesse de son instrument, tout autant que ses concerts au Théâtre du Châtelet, au Théâtre des Champs-Élysées, au Grand Théâtre de Provence, à la Halle aux Grains à Toulouse, au Victoria Hall, au Grand Théâtre à Genève, à la Folle Journée (Nantes, Russie et Japon). Il est à l’initiative de propositions inédites conçues avec des partenaires de choix : avec le pianiste Bertrand Chamayou, il imagine un programme de sonates pour mandoline et piano du XVIIIe siècle à nos jours ; il accompagne les chanteurs Natalie Dessay, Sabine Devieilhe, Thomas Hampson, Florian Sempey et Laurent Naouri ; en 2016, il crée, avec l’Orchestre national du Capitole de Toulouse, le Concerto pour mandoline de Karol Beffa, dont il est dédicataire. Il enregistre également l’intégrale des Préludes de Raffaele Calace pour mandoline solo considérés comme l’équivalent des Caprices de Paganini pour la mandoline, qu’il a présentés sur France 2 dans l’émission de Jean-François Zygel, pianiste et compositeur avec qui il collabore régulièrement.

Son intérêt pour l’instrument se traduit également dans sa passion pour la facture. Depuis plusieurs années, Julien Martineau travaille avec Savarez, leader mondial des cordes pour guitare, afin de développer de nouvelles cordes pour mandoline utilisant les dernières innovations technologiques. Par ailleurs, il joue un modèle d’instrument conçu pour lui par l’un des grands luthiers actuels, le Canadien Brian N. Dean.

Julien Martineau remporte, à dix-neuf ans, le Prix Giuseppe Anedda du Concours international de Varazze (1998, Italie). Il est par ailleurs titulaire d’un DEA de musicologie (2002, Paris-Sorbonne). Très attaché à l’avenir de son instrument, il enseigne la mandoline au Conservatoire de Toulouse depuis 2005. L’académie des Arts, Lettres et Sciences du Languedoc lui a décerné le Prix Déodat de Séverac en 2013.

Eric Franceries – Guitare

Eric Franceries apparait comme l’un des plus talentueux guitaristes de sa génération. Son style, alliant virtuosité et rigueur, constitue un véritable régal pour les amateurs de cet instrument.

C’est à l’âge de huit ans que l’artiste a débuté son apprentissage de la musique, sous la tutelle de son père, Marc Franceries. Après avoir pendant un certain temps mené de front guitare et basson, il obtient pour ces deux instruments une médaille d’or, au Conservatoire de Toulouse pour le premier, et au Conservatoire de Lyon pour le second.

C’est finalement à la guitare qu’il décide de consacrer sa carrière. Une voie dans laquelle son talent va pleinement éclater.

A vingt ans, il remportera le Premier Prix du C.N.S.M. de Paris, dans la classe d’Alexandre Lagoya, puis plusieurs concours Internationaux : CARPENTRAS (1980), SASSARI (1982), RADIO – FRANCE (1983).

Il obtient en 1994 les Victoires de la musique aux côtés de Jean-Pierre Rampal et Claude Bolling.

Il se produira régulièrement en concert aussi bien en Soliste qu’en Musique de Chambre, du Japon aux Etats Unis, en passant par tous les pays d’Europe. La liste de ses partenaires musicaux est plus qu’impressionnante, parmi eux, Claude Bolling, Jean Pierre Rampal, Simion Stanciu « SYRINX », Guy Touvron, son père Marc Franceries, le Bandonéoniste Albert Hamann, le Guitariste José Maria Gallardo Del Rey, le Quatuor à cordes Satie…

Professeur au Conservatoire de Villeurbanne, son expérience pédagogique l’a conduit à donner des Masterclasses dans le cadre de Festivals de Guitare et d’Ecoles de Musique, en France, en Pologne, en Allemagne, au Danemark en République Tchèque, en Bulgarie, à Singapour ou encore aux USA où il jouit d’une très grande réputation. Il va aussi en Russie où il rencontre un succès qui ne se dément pas et il effectue des tournées plusieurs fois par an.

Précurseur en Chine où il est depuis longtemps apprécié pour son talent et ses qualités pédagogiques il est régulièrement invité pour des concerts et des masterclass dans de nombreux conservatoires de différentes villes.

Découvrir également

Emmanuel Pélaprat

Musicien à part dans le paysage musical français, il cultive avec bonheur une carrière d’interprète aux multiples facettes, et de chercheur, deux activités complémentaires pour

Lire la suite »

Notre histoire

Le festival ClassiCahors aura accueilli depuis sa création en 2016, près de 9000 spectateurs. Le Festival, se nourrit de choix déterminés en matière d’œuvres, d’instruments

Lire la suite »

COVID-19

Mesures de sécurité

Pour votre sécurité, les concerts suivront les règles sanitaires en vigueur : mise à disposition de gel hydroalcoolique, distanciation physique, port du masque obligatoire*. Des masques seront mis à votre disposition en cas d’oubli.

* Port du masque :

– Lors des concerts en intérieur, le public devra porter le masque durant toute la durée du concert, conformément aux dernières réglementations du 20 juillet.

Pour profiter du concert avec vos proches, nous vous prions d’arriver ensemble à l’entrée des concerts. Notre équipe sera mobilisée pour placer chaque groupe en respectant les distanciations.

Nous vous remercions d’avance pour votre compréhension en cette période bien particulière. C’est avec la coopération de chacun et chacune que nous arriverons à rendre à notre festival un grand moment de partage.